Horaires du Cabinet
du Lundi au Vendredide 8h30 à 20h00
le Samedide 8h30 à 13h30
Horaires du Secrétariat
du Lundi au Vendredide 8h30 à 20h00
le Samedide 8h30 à 13h30
Plan
Comment accéder au Cabinet ?

EN VOITURE :

- Parking gratuit à proximité immédiate.

- Place de parking au pied de l'immeuble pour les PMR.

_________________________________

EN BUS :

- Station GAUDI (à 200m) : Lignes 439, 440, 455, 456, 467, 468.

- Station VILLAROY (en face du Technocentre Renault, à 350m) : 439, 440, 455, 456, 465, 467, 468.

_________________________________

EN TRAIN :

- Gare de Versailles puis BUS.

- Gare de Saint Quentin en Yvelines puis BUS.

Actualité Facebook

ROUSSEAU Anthony, Ostéopathe à Guyancourt (78280) vous souhaite de passer de Joyeuses Pâques !

Référence de l'image prise sur internet : world-ofdesire.blogspot.com/2015/04/joyeuses-paques.html
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

L'ostéopathie est utile en cas d'#adhérences en post-opératoires !

Le saviez-vous ? Quelle que soit l'opération, celle-ci favorise la survenue d'adhérences à l'endroit de l'incision et/ou de la zone opérée.

Aviez-vous remarqué que nous n'opérions quasiment plus l'appendicite ?

Aviez-vous remarqué que les interventions pour le rachis étaient plus contrôlées ? En effet, les chirurgiens se sont rendus compte que certaines adhérences post-opératoires en regard de la colonne vertébrale pouvaient être toutes aussi problématiques que la hernie discale en elle-même.

Je me rappelle d'ailleurs d'avoir reçu en 2015 un Monsieur de 60 ans, pour douleurs du nerf sciatique à droite alors que le patient avait déjà été opéré 4 ans auparavant pour hernie discale ayant causé une sciatique gauche. L'opération était tout à fait nécessaire. Mais malheureusement pour le patient, cette opération avait créé quelques temps après, des adhérences entre sa zone opérée (L5/S1) et sa vessie située non loin. C'est en détendant ces adhérences entre L5/S1 et la vessie que le patient a obtenu le meilleur soulagement pour ses lombaires et son nerf sciatique droit. Le patient avait d'ailleurs des troubles urinaires qui étaient apparus depuis peu. Très surprenant mais tellement efficace !

A savoir que les répercussions mécaniques causées par les adhérences sont rarement immédiates, elles ont généralement un impact sur le corps plusieurs années après, souvent lors de la reprise d'une activité sportive d'ailleurs car cela tend les muscles et cela tire dans les adhérences qui limitent certains mouvements et certaines amplitudes.

Il peut donc être intéressant d'effectuer une consultation chez 1 #ostéopathe à distance d'une #opération, soient environ 6 à 8 mois après une intervention chirurgicale, quelle qu'elle soit.

Lors de ses tests, l'ostéopathe effectuera une vérification afin de voir s'il existe des adhérences post-opératoires qui auraient pu contribuer à limiter la mobilité d'une zone, laquelle peut être en rapport avec la zone douloureuse actuelle, par sursollicitations et en compensation de l'autre zone limitée en mouvements.

Les opérations susceptibles de pouvoir donner des adhérences sont nombreuses :

- l'appendicectomie.
- la coelioscopie au niveau viscéral.
- la césarienne opérée lors d'accouchements.
- l'ablation de la glande thyroïde ...

Voici quelques images d'adhérences cicatricielles post-opératoires ci-dessous dans cet article :

L'ostéopathie viscérale est un excellent outil afin de limiter les tensions mécaniques provoquées par des adhérences cicatricielles post-opératoires.

Vous retrouverez sur ce lien internet, l'ensemble des techniques dont l'ostéopathe dispose pour prendre en charge ses patients : www.anthonyrousseau.fr/definition-de-losteopathie/techniques-d-osteopathie/

Je vous remercie de votre attention.

Je reste disponible pour tout complément d'informations.

Bonne continuation à vous !

Cordialement.

M. ROUSSEAU Anthony
Ostéopathe à Guyancourt (78280)

#ostéopathe #guyancourt #adhérences #opération #coelioscopie #césarienne #appendicite #sciatique #L5S1
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

La dysménorrhée est un  terme scientifique qui signifie qu’il existe des troubles du cycle menstruel. Les règles peuvent alors être tout à fait irrégulières, avec dans certains cas une absence de règles durant quelques mois et dans d’autres cas, des règles tous les 15 jours, au lieu d’une fois par mois.

Cette année, de nombreuses patientes ont changé leur moyen de contraception suite aux controverses sur certaines pilules. Il n’est pas toujours évident de trouver une pilule qui corresponde immédiatement à la patiente. Le changement de moyen de contraception et le changement de pilule vont pouvoir créer des modifications hormonales obligeant le corps à devoir s’adapter de nouveau. Il n’est pas rare d’observer des dysfonctionnements hormonaux, des dysfonctionnements gynécologiques et même des douleurs du dos dans ces moments de transition.

D’autres facteurs peuvent également participer à créer des troubles du cycle menstruel. Le stress est un facteur clé pour certaines dysménorrhées. L’ostéopathie consistera donc dans ce cas, à normaliser les structures du corps qui auraient pu dysfonctionner à cause de ce stress, cherchant ainsi à rétablir les déséquilibres qui ont mené à la dysménorrhée et/ou aux règles douloureuses.

En cas de désagréments trop importants au moment des règles, je recommande aux patientes de pouvoir consulter leur gynécologue afin de pouvoir être accompagnées du mieux possible.

Certains moyens de contraception sont utilisés afin de réduire ou stopper les règles. Chez certaines patientes, les règles amènent trop de symptômes qu’elles ne supportent plus (maux de tête, douleurs abdominales, douleurs lombaires, irritabilité …). Ces symptômes sont d’autant plus contraignants si les règles durent longtemps (au-delà de 4-5 jours). Certaines pilules et certains stérilets permettent de cesser les règles, évitant ainsi tous ces désagréments. Ce choix se décide avec le gynécologue.

Il faut savoir que le stérilet peut empêcher d’avoir ses règles, ce qui peut être un point très positif pour certaines patientes souffrant de leurs règles. Cependant, il faut également savoir que l’inflammation provoquée par le stérilet cuivre, afin d’éviter la nidation (cad l’implantation de l’embryon dans l’utérus), va pouvoir s’étendre au bas du dos. Ce stérilet cuivre peut donc participer à inflammer le rachis lombaire. En cas de douleurs discales et/ou inflammatoires pour le rachis lombaire bas, nous pourrions nous poser la question de savoir s’il ne serait pas plus judicieux d’éviter ce type de moyen de contraception.

 

Voici des exemples de patientes pour qui l’appareil gynécologique avait des répercussions sur certaines douleurs :

Exemple 1 : Mère au foyer de 47 ans, est venue me consulter en décembre 2015 pour des douleurs de hanche gauche. L’examen clinique a montré qu’il existait des tensions musculaires (douloureuses) sur certains muscles de la hanche gauche, avec un muscle triceps pelvien gauche beaucoup trop contracté. La patiente précise qu’avant d’avoir eu mal à sa hanche gauche, elle avait eu mal à son abdomen. L’échographie abdomino-pelvienne qu’elle avait donc réalisée, montrait un kyste sur l’ovaire gauche. Il est intéressant de savoir que l’ovaire gauche de par sa situation anatomique est au contact du muscle triceps pelvien à gauche, d’où la contracture de ce muscle et les douleurs de hanche gauche chez cette patiente. Le fait d’avoir détendu ce muscle a suffi à améliorer la coxalgie gauche. Sous mes conseils, la patiente a reconsulté son gynécologue qui n’a pas jugé nécessaire d’intervenir pour le kyste sur l’ovaire gauche. Par contre, il a pu constater que la patiente était en pré-ménopause au moment de ses douleurs abdominales et au moment de sa coxalgie gauche.

Exemple 2 : Jeune femme de 26 ans, comptable. La patiente est venue me consulter pour une sciatalgie gauche. Il a été remarqué que sa sciatalgie était présente au même moment que ses règles. En effet, la sciatalgie ne durait que quelques jours (soit le temps des règles). De plus, la sciatalgie gauche a existé au cours d’une période d’activité accrue à son travail. Le stress provoqué par cette forte période d’activité, a également pu participer à déclencher ses symptômes. Les douleurs ont fini par passer spontanément, avec un stress qui s’est réduit après la fin de cette importante charge de travail. En cas de maintien de ces douleurs-là au cours des règles, il aurait pu être intéressant de refaire le point avec un gynécologue.

 

Ce qu’il faut savoir sur les dysménorrhées :

– Au moment des règles et/ou au moment de l’ovulation, l’ovaire peut, par sa forte activité (et son augmentation de volume), venir irriter le fessier, créant ainsi une fessalgie. La patiente peut ne pas ressentir de douleurs abdominales mais simplement une douleur fessière récurrente.

– Au moment des règles, il n’est pas rare de retrouver une congestion pelvienne mais également une congestion hépatique. C’est d’ailleurs cette dernière qui contribue à donner des nausées et/ou des céphalées (appelées céphalées hormonales).

– Les règles et/ou l’ovulation peuvent contribuer à donner des sciatalgies. Cela peut être dû à la congestion locale et/ou lié à l’augmentation du volume de l’ovaire. Si les douleurs lombaires existent environ 1 fois / mois, il faut se demander s’il n’existerait pas un lien avec le cycle menstruel !

– Le stérilet peut dans certaines situations être perçu comme un corps étranger par l’utérus. L’utérus peut tant bien que mal essayer « de s’en débarrasser ». Il n’est pas rare de retrouver un stérilet à un autre endroit que là où il avait été posé initialement par le gynécologue.

– Si le stérilet est mal supporté par le corps et l’utérus, ceci pourra occasionner des douleurs lombaires récurrentes et/ou des contractions utérines.

 

– Tous droits réservés à ROUSSEAU Anthony, Ostéopathe à Guyancourt (78280) –

Laisser un commentaire