Horaires du Cabinet
du Lundi au Vendredide 8h30 à 20h00
le Samedide 8h30 à 13h30
Horaires du Secrétariat
du Lundi au Vendredide 8h30 à 20h00
le Samedide 8h30 à 13h30
Plan
Comment accéder au Cabinet ?

EN VOITURE :

- Parking gratuit à proximité immédiate.

- Place de parking au pied de l'immeuble pour les PMR.

_________________________________

EN BUS :

- Station GAUDI (à 200m) : Lignes 439, 440, 455, 456, 467, 468.

- Station VILLAROY (en face du Technocentre Renault, à 350m) : 439, 440, 455, 456, 465, 467, 468.

_________________________________

EN TRAIN :

- Gare de Versailles puis BUS.

- Gare de Saint Quentin en Yvelines puis BUS.

Actualité Facebook

ROUSSEAU Anthony, Ostéopathe à Guyancourt (78280) vous souhaite de passer de Joyeuses Pâques !

Référence de l'image prise sur internet : world-ofdesire.blogspot.com/2015/04/joyeuses-paques.html
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

L'ostéopathie est utile en cas d'#adhérences en post-opératoires !

Le saviez-vous ? Quelle que soit l'opération, celle-ci favorise la survenue d'adhérences à l'endroit de l'incision et/ou de la zone opérée.

Aviez-vous remarqué que nous n'opérions quasiment plus l'appendicite ?

Aviez-vous remarqué que les interventions pour le rachis étaient plus contrôlées ? En effet, les chirurgiens se sont rendus compte que certaines adhérences post-opératoires en regard de la colonne vertébrale pouvaient être toutes aussi problématiques que la hernie discale en elle-même.

Je me rappelle d'ailleurs d'avoir reçu en 2015 un Monsieur de 60 ans, pour douleurs du nerf sciatique à droite alors que le patient avait déjà été opéré 4 ans auparavant pour hernie discale ayant causé une sciatique gauche. L'opération était tout à fait nécessaire. Mais malheureusement pour le patient, cette opération avait créé quelques temps après, des adhérences entre sa zone opérée (L5/S1) et sa vessie située non loin. C'est en détendant ces adhérences entre L5/S1 et la vessie que le patient a obtenu le meilleur soulagement pour ses lombaires et son nerf sciatique droit. Le patient avait d'ailleurs des troubles urinaires qui étaient apparus depuis peu. Très surprenant mais tellement efficace !

A savoir que les répercussions mécaniques causées par les adhérences sont rarement immédiates, elles ont généralement un impact sur le corps plusieurs années après, souvent lors de la reprise d'une activité sportive d'ailleurs car cela tend les muscles et cela tire dans les adhérences qui limitent certains mouvements et certaines amplitudes.

Il peut donc être intéressant d'effectuer une consultation chez 1 #ostéopathe à distance d'une #opération, soient environ 6 à 8 mois après une intervention chirurgicale, quelle qu'elle soit.

Lors de ses tests, l'ostéopathe effectuera une vérification afin de voir s'il existe des adhérences post-opératoires qui auraient pu contribuer à limiter la mobilité d'une zone, laquelle peut être en rapport avec la zone douloureuse actuelle, par sursollicitations et en compensation de l'autre zone limitée en mouvements.

Les opérations susceptibles de pouvoir donner des adhérences sont nombreuses :

- l'appendicectomie.
- la coelioscopie au niveau viscéral.
- la césarienne opérée lors d'accouchements.
- l'ablation de la glande thyroïde ...

Voici quelques images d'adhérences cicatricielles post-opératoires ci-dessous dans cet article :

L'ostéopathie viscérale est un excellent outil afin de limiter les tensions mécaniques provoquées par des adhérences cicatricielles post-opératoires.

Vous retrouverez sur ce lien internet, l'ensemble des techniques dont l'ostéopathe dispose pour prendre en charge ses patients : www.anthonyrousseau.fr/definition-de-losteopathie/techniques-d-osteopathie/

Je vous remercie de votre attention.

Je reste disponible pour tout complément d'informations.

Bonne continuation à vous !

Cordialement.

M. ROUSSEAU Anthony
Ostéopathe à Guyancourt (78280)

#ostéopathe #guyancourt #adhérences #opération #coelioscopie #césarienne #appendicite #sciatique #L5S1
... Voir plusVoir moins

Voir sur Facebook

L’ostéopathie permet d’améliorer les douleurs de l’appareil locomoteur aussi bien au niveau du dos qu’au niveau des articulations périphériques des membres supérieurs et inférieurs.

 

Voici les principaux facteurs qui peuvent donner des tendinites des membres inférieurs :

– le surentraînement sportif.

– des chaussures usagées, abimées.

– un antécédent d’entorse de cheville (non rééduquée).

– en cas de surpoids.

 

Voici les principales tendinites pour le membre inférieur :

– Tendinite du moyen fessier (hanche).

Tendinite du tendon d’Achille.

Syndrome de l’essuie-glace lors de la course à pieds.

– Syndrome rotulien et Osgood-Schlatter.

– Pubalgie. Retrouvez mon étude sur ce sujet sur LinkedIn.

 

En cas de tendinite du membre inférieur, il est possible de consulter votre médecin traitant. Celui-ci pourra vous prescrire un examen complémentaire (IRM et/ou échographie) afin de vérifier quels sont les tendons mis en cause dans vos douleurs. Le médecin pourra également vous prescrire des médicaments et/ou de la kinésithérapie.

En cas de tendinite du membre inférieur, il est intéressant de pouvoir être suivi en kinésithérapie et en ostéopathie. En effet, les douleurs ayant généralement une cause mécanique, les médicaments ne sauraient résoudre le problème mécanique à l’origine de la tendinite. Les médicaments sont surtout là pour réduire l’inflammation, permettant ainsi de réduire ou de faire parfois disparaître les douleurs.

 

Ce qu’il faut savoir sur les tendinites :

– Les anti-inflammatoires ne sont pas toujours nécessaires.

– Les tendinites du moyen fessier peuvent être confondues avec des douleurs du nerf sciatique (voir l’exemple 1).

– Il est généralement admis, qu’un traitement multidisciplinaire (médecin + kinésithérapie + ostéopathie) permet d’améliorer au plus vite des problèmes de tendinite.

 

Voici quelques exemples de patients venus me consulter pour des douleurs du membre inférieur :

Exemple 1 : Patiente de 46 ans, en recherche d’un emploi. Elle est venue me consulter en 2012 pour des douleurs chroniques de hanche gauche, avec des douleurs ressenties lors de la course à pieds. On a diagnostiqué à tort chez cette patiente, une tendinite du moyen fessier gauche. En effet, les thérapeutiques mises en place auparavant (kiné, semelles orthopédiques) n’ont pas permis d’améliorer ses douleurs. L’examen clinique réalisé en ostéopathie a permis de suspecter une possible sciatique à gauche au lieu d’une tendinite. Cette piste a été confirmée par les résultats du scanner lombaire réalisé quelques semaines après, avec l’existence d’une protrusion discale en L4/L5. La patiente est maintenant traitée pour le bon diagnostic et avec des thérapeutiques plus appropriées à son problème.

Exemple 2 : Patient de 30 ans, footballeur amateur. Il est venu me consulter en 2013 pour une tendinite du tendon infra-patellaire à gauche (tendinite du genou gauche). Le patient a été arrêté durant 6 mois consécutifs pour ses douleurs de genou gauche. Malheureusement, lors de la reprise sportive, après les 6 mois d’arrêt, la douleur a immédiatement récidivé. Un strapping a été posé durant 15 jours environ, permettant ainsi de réduire les tensions mécaniques s’exerçant sur la rotule douloureuse. Le patient a pu terminer sa saison sportive sans difficulté. Un suivi ostéopathique a ensuite été mis en place 1 fois / an afin de prévenir une éventuelle récidive de ses douleurs.

Exemple 3 : Patient de 47 ans, commercial et coureur à pieds. Le patient est venu me consulter en 2016 pour une tendinite du tendon d’Achille gauche apparue 3 mois après avoir repris la course à pieds. L’interrogatoire et les tests réalisés sur les 2 membres inférieurs ont permis de mettre en avant des séquelles d’entorse de cheville droite. Le patient avait effectivement stoppé sa course à pieds en 2015 à cause d’une entorse de cheville droite (non rééduquée). Il semblerait que le patient ait compensé ses problèmes de cheville droite en portant son poids sur la cheville gauche, d’où peut-être l’apparition de symptômes du côté gauche, 1 année après son épisode douloureux sur la cheville droite. Le traitement ostéopathique a consisté à améliorer les douleurs du pied gauche et à corriger les dysfonctionnements du pied droit encore présents 1 an après son entorse. Le traitement d’une tendinite du tendon d’Achille peut être long d’où la nécessité dans certains cas de pouvoir associer la kinésithérapie à l’ostéopathie.

 

– Tous droits réservés à ROUSSEAU Anthony, Ostéopathe à Guyancourt (78280) –

6 réponses à to “Prise en charge ostéopathique des tendinites des membres inférieurs”

  • bizos:

    Bonjour Monsieur,

    Nous avons déjà parlé dans la rubrique méralgie.

    Comme je vous l’ai dit ma rhumato a émis l’hypothèse (examen clinique) de tendinite (pas très typique) des fessiers.
    Une échographie a confirmé ce diagnostic (résultat « tendinite du moyen fessier et bursite adjacente »).
    Ma question est la suivante: j’ai des douleurs (à type de petites brulures et de paresthésies) de localisation exterieure et face antérieure à la cuisse (qui ont donc fait se poser la question d’une méralgie). Maintenant que la méralgie est écartée, je me pose la question de ces douleurs de la face antérieure de la cuisse, ca ne semble pas typique d’une tendinite cette face avant (jusqu’au dessus du genou). Comme si ca mimait une radiculalgie L4 que je n’ai pas (IRM). Je lis qu’une tendinite peut mimer une sciatique L5 mais peut elle mimer une cruralgie L4 ??
    En fait pour rester plus concise, je me demande si mes douleurs de cuisse antérieures et exterieures ne sont que des banales irradiations de cette tendinite ou si (c’est tiré par les cheveux non?) j’ai deux problèmes distincts au même moment ( une tendinite et autre chose qui provoque paresthésies et brulures à l’avant cuisse).
    C’est curieux, les douleurs irradiées (cuisse) sont plus gênantes que celles de la « hanche ».
    Votre avis me sera une nouvelle fois précieux.
    En vous remerciant.
    Cordialement

    • admin:

      Bonsoir !

      Les douleurs à type de brûlures ou de paresthésies sont généralement liées aux nerfs. Il est parfois possible qu’un tendon inflammé de par son inflammation vienne gêner le nerf qui passe à proximité immédiate de lui. La seule chose qui nous permettrait de vérifier une telle hypothèse serait une infiltration dans le lieu de la tendino-bursite de hanche. Si les douleurs de la cuisse disparaissent après cette infiltration pour la tendino-bursite, cela montrera que les irradiations neurologiques de la cuisse étaient bel et bien provoquées par cette tendinite.

      Au vu de la localisation des irradiations à la face Antéro-Externe de cuisse, cela fait plutôt penser à une cruralgie. Les cruralgies sont plus fréquentes en cas de problèmes liés aux reins (calculs aux reins appelés coliques néphrétiques, infection urinaire etc etc…) ou en cas d’hypertonie des psoas (course à pieds…), est-ce votre cas pour les reins ?

      Je ne pense pas qu’un tendon inflammé puisse amener à une cruralgie, sauf si cette inflammation concerne le PSOAS.

      Dans mes souvenirs, vous avez eu à un moment donné mal aux 2 hanches. cela peut faire penser plutôt à une origine lombaire pour vos problèmes !

  • bizos:

    Bonsoir
    J’ai une infiltration le 15 qui permettra donc de voir en effet si ce sont des irradiations liées à la tendinite. C’est en tout cas l’hypothèse de la rhumato (bien qu’elle trouve cela atypique).
    Je n’ai à ma connaissance pas de problèmes de reins.
    Comment sait on qu’on a une inflammation du psoas?
    Pour l’origine lombaire, a priori elle a été écartée par une IRM du dos qui ne montre rien . Et je n’ai pas du tout mal au dos.
    Je vous précise aussi qu’il a été vu une tendinite des DEUX cotés (l’une étant par phénomènes de compensation de l’autre a dit la rhumato, la première ayant débuté en mars, la seconde est toute récente).
    J’ai exactement les mêmes symptômes aux cuisses des deux cotés. Une cruralgie bilatérale avec une IRM lombaire normale, ca existe?
    Merci beaucoup et bonne soirée

    • admin:

      Les douleurs décrites semblent effectivement atypiques.

      Nous en saurons donc un peu plus après l’infiltration prévue le 15. Est-elle prévue pour 1 seul côté ou pour les 2 côtés en même temps ?

  • bizos:

    Bonjour
    Un seul côté sera infiltré le 15 l’autre côté est moins atteint et devrait répondre à Ains plus étirements plus kine . C’est dingue les difficultés de la médecine ! Depuis que j’ai ce problème, on en est à 3 diagnostics ! D’abord cruralgie puis meralgie et maintenant tendinite avec inflammation des nerfs adjacents à la tendinite ! Sî’il apparaît un 4 e diagnostic je vous en fais part ! Plus sérieusement comment avoir confiance dans le corps médical (auquel j’appartiens) lorsque on est ballade de diagnostic en diagnostic j’ai envie de dire pour un truc banal au final…

    • admin:

      Bonjour !

      Je comprends votre mécontentement. Il est normal de se sentir balladé quand on vous annonce différents diagnostics pour un même problème.

      Le corps humain est d’une complexité impressionnante. Il existe des liens très complexes entre les différentes zones du corps. Il est possible que vos symptômes soient le fruit de différentes irritations (tendon et/ou nerfs) en 1 même endroit.

      Dès que nos symptômes sortent du cas classique, cela devient plus compliqué d’être correctement diagnostiqué et donc correctement traité.

      Attendons de voir ce que cela donnera le 15 !

      Bon courage pour la suite !

      Cordialement.

      M. ROUSSEAU Anthony
      Ostéopathe DO

Laisser un commentaire